Cet article a pour but de nous aider à faire le vide dans nos esprits et à connaître quelques éléments utiles avant de choisir un télescope.Cependant, il est préférable de se rendre sur un site spécialisé en télescope afin d’avoir un maximum d’informations avant d’effectuer l’achat.

Le moment est enfin venu et nous avons décidé de donner un coup de pouce supplémentaire à notre passion en achetant notre premier télescope.

Oui, mais lequel choisir parmi les nombreux modèles disponibles sur le marché ?

premier télescope

Comment choisir le bon premier télescope ?

La réponse ne peut être unique et définitive, chaque modèle ayant des caractéristiques plus ou moins différentes qui le rendent « unique ».

En fait, il n’existe pas de télescope idéal qui puisse réunir des caractéristiques opposées, telles qu’une grande capacité de collecte de lumière et une taille extrêmement réduite.

Le télescope le plus approprié pour nous sera celui qui répondra le mieux à nos besoins, mais il s’agira nécessairement d’un compromis et nous devrons choisir les facteurs à privilégier et ceux à sacrifier.

Il existe essentiellement trois types de télescopes, puis il y a des variantes dont nous ne parlerons pas dans cet article.

Les plus courantes sont :

1.Réfracteurs achromatiques

2.Réfracteurs newtoniens

3.Smith Cassegrain

Comment choisir son premier télescope ?

Cela implique une préférence pour un modèle plutôt qu’un autre. Ce choix est subjectif et dépend de nombreux facteurs, dont les goûts personnels.

Il est important de comprendre les caractéristiques qui nous intéressent le plus, ce que nous souhaitons observer et les légers défauts que nous pouvons accepter.

Vous trouverez ci-dessous un schéma récapitulatif pour nous aider à choisir notre premier télescope.

Qu’est-ce qui est vraiment important dans un télescope ?

Il existe différents paramètres qui nous font prendre conscience de ce qu’un télescope peut offrir par rapport à un autre.

D’une manière générale, le facteur que je considère comme le plus important est le diamètre.

DIAMÈTRE (de la lentille ou du miroir primaire)

Le diamètre du télescope détermine la quantité de lumière qu’il est capable de collecter.

C’est un facteur très important, notamment lors de l’observation du ciel profond (nébuleuses, galaxies et amas d’étoiles) dont la luminosité apparente (magnitude) est très faible.

Cependant, il est également important en termes de résolution (netteté).

Les télescopes de plus grand diamètre ont un plus grand pouvoir de résolution.

Les télescopes réfracteurs, de même diamètre, sont un peu plus lumineux et ont un pouvoir de résolution légèrement supérieur car ils ne sont pas obstrués par le miroir secondaire.

Par exemple, en termes de collecte de lumière, les performances d’une lunette 90/900 (avec un objectif de 90 mm de diamètre et une distance focale de 900 mm) sont similaires à celles d’une 114/900 (avec un miroir primaire de 114 mm et une distance focale de 900 mm).

Cela implique que lorsque l’on observe par exemple la galaxie d’Andromède, l’image observée dans les deux modèles est similaire.

D’autre part, une lunette achromatique de 150 mm coûte environ deux fois plus (et plus) qu’un réflecteur de 150 mm.

En comparaison, le gain en luminosité n’est pas exagérément perceptible (surtout pour les débutants).

LONGUEUR DE FOCAL – Coma et chromatisme

Les télescopes souffrent de ce que l’on appelle des aberrations optiques, c’est-à-dire des distorsions du faisceau lumineux qui entre dans le tube optique. En fait, selon le type d’aberration, il existe un type différent de distorsion de l’image dans l’oculaire.

La longueur focale en général augmente ou réduit le défaut de coma et dans les réfracteurs en particulier, elle peut augmenter ou réduire le défaut de chromaticité.

Les réfracteurs ont souvent de grandes distances focales pour limiter cette aberration optique.

Les réflecteurs à longue distance focale réduisent un autre type de distorsion (appelé coma) dans lequel les étoiles situées aux bords du champ de vision apparaissent allongées.

Les télescopes réflecteurs ont été spécialement conçus par Newton pour éliminer le fort chromatisme des télescopes de l’époque (les réfracteurs d’aujourd’hui en ont beaucoup moins de toute façon).

S’il y a du chromatisme dans les réflecteurs, le problème ne se situe pas dans le télescope mais dans les oculaires.

En particulier, ceux qui comportent de nombreuses lentilles ou des oculaires bas de gamme peuvent introduire du chromatisme.

LA MONTURE

La monture est essentielle pour rendre l’observation facile et agréable.

Un trépied trop léger sur lequel est monté un tube long et lourd sera très instable.

Les images du télescope seront très instables et vous devrez attendre de nombreuses secondes avant d’obtenir une image stable.

STABILITÉ

C’est sans doute le facteur le plus important pour une monture.

Sinon, nous allons passer du temps à attendre que les images se stabilisent et ce sera très désagréable, je vous l’assure.

SIMPLICITÉ

Il est important que notre monture soit facile à monter et à utiliser, surtout si nous achetons notre premier télescope.

Il existe essentiellement 3 types de montures de télescope :

-Support Altazimutal

-Monture équatoriale

-Monture dobsonnienne

Les montages équatoriaux bas de gamme, même s’ils sont motorisés, ne permettent guère de « suivre » le ciel avec précision.

Par conséquent, ils ne sont pas très adaptés à ceux qui souhaitent faire de l’astrophotographie du ciel profond.

Conclusions

En résumé, lorsque vous choisissez votre premier télescope, gardez à l’esprit les points suivants :

  1. A) Un télescope de plus grand diamètre voit plus d’étoiles.

Les nébuleuses, les galaxies et les amas d’étoiles sont mieux vus, mais pour tenter l’observation difficile de ces objets, il est recommandé d’utiliser au moins un réflecteur de 114 mm ou une lunette de 90 mm.

  1. B) Les montures équatoriales sont moins simples et intuitives que les montures altazimutales ou dobsonniennes.

Les modèles de trépieds (surtout ceux qui sont bon marché) peuvent rendre l’image très instable.

  1. C) Les débutants trouvent souvent la Lune et les planètes plus faciles à pointer et à observer. Les nébuleuses et les galaxies peuvent sembler invisibles au premier abord si l’on ne sait pas comment les observer.

Apprendre à utiliser un télescope peut prendre du temps mais n’abandonnez pas, ça devient de mieux en mieux !
Nous vous conseillons de visiter ce site pour plus d’informations.